Commission d’enquête parlementaire, Adrexo auditionné

Pour écouter le texte ou lieu de le lire, cliquez ci-dessous

C’était sans doute un mauvais moment à passer, et l’entreprise a tenté d’expliquer le fiasco de la distribution électorale aux parlementaires, hier, en début d’après midi.

L’exercice n’était sans doute pas facile mais il nous semble que l’approche initiale a été un peu cavalière.

Eric PAUMIER, actionnaire du groupe hopps (Adrexo, colis Privé,…) a tout d’abord exposé que tout cela ne concernait que quelques milliers de plis sur 40 millions, qu’il y avait bien quelques loupés mais que tout cela n’était pas le reflet du travail exécuté par l’entreprise qui “n’avait pas à rougir de sa prestation du premier tour.”

Les parlementaires qui ont ensuite posés des questions s’étaient étranglés à l’écoute de ces propos. C’était oublier que sont des élus locaux et qu’ils avaient vécus tout cela de chez eux. Ils ont mentionné que Monsieur PAUMIER ne devait pas parler de la même élection que celle qu’ils venaient de vivre.

Finalement la présidente de séance a préféré écourter l’exposé pour passer aux questions, parfois assez violentes et même assez bien documentés des parlementaires.

Au questionnement d’une parlementaire sur le coût des dossiers Prud’homaux et des contentieux sociaux dans l’entreprise depuis 2009, Monsieur PAUMIER a balayé le sujet d’un argument prodigieux : “Ce n’était pas nous, nous avons repris l’entreprise le 3 janvier 2017”.

Mais, sauf erreur de notre part, en 2009 et après, Frédéric PONS et Eric PAUMIER n’étaient effectivement pas actionnaires, mais Frédéric PONS était DG puis PDG et Eric PAUMIER cadre dirigeant d’Adrexo. Ils n’étaient effectivement pas actionnaires, ils en étaient les patrons, c’est pire, puisqu’ils avaient la direction de l’entreprise !

Ce n’est pas beau de mentir devant la commission d’enquête !

Finalement, la stratégie de réponse ensuite a été de tout mettre sur le dos des imprimeurs et des routeurs et surtout de recentrer en permanence le débat sur le second tour, dont les délais – qu’Adrexo avait accepté en signant le contrat – étaient trop serrés.

Vous pourrez vous faire vous même votre idée en visualisant le film de cette audition en cliquant ici.

Rhône, côte d’or, des élus remettent toujours en cause la distribution

C’est ce que relate la presse après la distribution du second tour avec quelques exemples pas très reluisant pour l’image des salariés distributeurs.

Le journal “Le Progrès” relate que : Malgré les efforts promis par la société Adrexo et l’aide apportée par La Poste dans la distribution de la propagande électorale, le bilan « pourrait être pire au second tour », craint François-Noël Buffet (LR), sénateur du Rhône.

C’est aussi ce que précise, en “off”, certains collègues de cette région qui était sans doute la plus désorganisée du térritoire.

En côte d’or, vers Dijon, ce samedi, toujours en région Rhône-Alpes, deux salariés ont été interpellés par la gendarmerie en flagrant délit de destruction de plis électoraux et placés en garde à vue.

Que fait la cellule de veille qui était censée surveiller la distribution en temps réel ?

Mais c’est vrai qu’après avoir suggéré de ne pas utiliser les badgeuses, il était plus difficile de contrôler !

La responsabilité de l’entreprise est plus qu’engagée, nos dirigeants doivent aujourd’hui s’interroger sur la pertinence du projet d’entreprise et de groupe qui fait honte aux salariés qui œuvrent chaque semaine à produire une distribution de qualité.

Print Friendly, PDF & Email

22 Commentaires

  1. Bravo à ces deux pieds nickelés. Ils ont fait fort, très fort. On est mal patron, on est mal. Dans quelques temps, il faudra revendre les chariots de distribution car ils ne serviront plus à rien.

  2. Bonjour,

    Mentir à une commission de loi est la pire des choses à faire, sachant que certains pourront très vite trouver que M. PAUMIER était dirigeant de la société à cette époque là.

    Oui nos dirigeants actuels nous font honte. Ils doivent désormais assumer le fait qu’il a eu une défaillance, mais pas que l’entreprise, les imprimeurs et livreurs sont autant concernés que l’entreprise.

    Depuis des années certains choix de l’entreprise est désastreuse, mais signer un contrat à 200 millions d’euros il faut que les dirigeants assument la lourde tâche que cela implique.

    Bref l’entreprise doit se remettre en question, les problèmes ne date pas d’hier et certaines personnes l’ont bien compris. D’ailleurs un député du Nord avait alerté là Ministre du Travail en Mai 2021 des conditions de travail et des difficultés que rencontrés l’entreprise.

    Le gouvernement savaient pertinemment à qui ils avaient affaires…

  3. Bonjour, à mon avis le duo Pons et Paumier n’ont plus aucune légitimité, même en tant qu’actionnaires, à représenter les employés d’adrexo dans quelque instance qui soit.
    Il faudra remettre en question leur rôle dans notre société, car adrexo c’est la société de tous ceux qui travaillent quotidiennement pour la survie de leur entreprise.
    Il faut se poser la question pourquoi dans certains centres la distribution des plis électoraux a mieux fonctionné que dans d’autres !!!!
    Pourquoi les intérims ont reçu du matériel tout neuf alors que les permanents rafistollent le leur toute les semaines depuis des années!!!!
    Pourquoi des permanents ont refusé la distribution !!
    Pourquoi dans certains centres les responsables donnent les codes de dépassement et dans d’autres pas !
    La direction n’est plus crédible… Il faut absolument faire le ménage à ce niveau là pour commencer et ensuite dans tous les centres où rien ne fonctionne !!!
    Laissons plus de parole et de moyens de décisions au cas par cas à ceux qui sont quotidiennement sur le terrain.
    Il faut tirer la leçon des points négatifs mais surtout des points positifs (il y en avait) de ce fiasco.
    Ce n’est que comme ça qu’on pourra repartir sur des bases saines.
    Il ne faut pas oublier que la poste n’a pas réussi non plus son pari. Et ce en raison de problèmes collatéraux qu’on ne peut pas imputer à Adrexo.

  4. Bonjour pouvez vous nous affirmer que a l heure actuelle avec tout ce qui se passe chez adrexo le salaire va bien nous être payé demain en totalité merci

    • Bonjour, c’est une question qui revient chaque mois, et nous n’en savons rien.

      Nous n’avons pas d’alerte indiquant le contraire.

  5. De toute façon, il ne faut pas se leurrer. Nous avons été obligé de faire un boulot de merde pour x raisons. Mais comme vous le rappeliez hier, c est dans les gènes d Adrexo de faire de la merde depuis quelques années. Les pubs sont devenus quasiment impossibles à distribuer à cause de la mauvaise qualité des docs, les secteurs ne sont plus contrôlés ni même remis à jour, on peut même plus remonter les difficultés que l ont peut rencontrer en travaillant et cerise sur le gâteau, ceux qui nous critiquent aujourd hui sont les mêmes qui ont pondus une loi de “merde” pour nous empêcher de bosser. Merci bcp messieurs et mesdames les députés.

  6. Bonjour
    Et maintenant avons nous gardé la dist pour les présidentiel

  7. Bonjour d’après l’article que j’ai lu hier le gouvernement va donner la tache de mise sous plis et la distribution des plis électoraux par l’état, il veulent que cela sois mis en place avant les présidentielles. Cela veut donc dire que adrexo n’a plus le marché des plis électoraux ?

    • Bonjour, c’est effectivement peu probable qu’Adrexo conserve le marché.

      • dommage,car pour un meme secteur,j’ai eu un salaire”3 fois plus important” pour les bulletins électoraux que pour la pub traditionnelle,à ce tarif,je suis volontaire pour toutes les élections,il y en a!Salariés Adrexo,j’ai effectué ma tache comme vous tous,et les les gugus recrutés par les agences d’interims stop!

  8. Bonjour la mise à jour que vous parliez y a quelque jours celle qui nous permettra plus de choisir temps repère à la fin de la distribution des pubs va t’elle vraiment être faite ou pas ? Si oui avais vous une idée de quand elle sera mise en place merci

    • Bonjour,

      Il semblerait qu´il n’en soit rien et que cette suppression concernait uniquement l’activité de distribution de la propagande électorale.

  9. J’ai distribué les plis électoraux et cette semaine je n’es pas eu de distribution de publicité a réaliser sur mes secteurs, donc une semaine en moins de rémunération sur mon salaire.
    les congés sans solde ne paieront pas mes factures. On ne m’a même pas proposé de mettre cette semaine sans solde en vacances. Rien ..
    Si pas de boulot pourquoi ne pas mettre les distributeurs en chômage technique ??
    Et quand on pose la question au responsable pas de réponse!
    C’est très rassurant

  10. Même si la poste reprend le marché c’est des faux culs c’est qui nous ont mis des bâtons dans les roues en magouillant avec les routeurs ils ont largement livré en premier par rapport à nous et bien ils disent qu’ils n’avaient pas de problème pour livré la propagande électorale qu’elle honte je souhaite un grand échecs a la poste bande de rigolos quel honte à eux pour un métier de l’état.nous malgré dans la merde on peux être fière du boulot accompli et ne vous décourager pas soyez fière de vous et bonne continuation à tous

    • Bonjour, c’est en effet seulement un problème d’organisation et d’anticipation mais les salariés ne sont en rien responsables.

      Nos penseurs ont considérés que n’importe qui pouvait distribuer sans formation, alors que nous savons que ce n’est pas toujours simple, même pour nous qui avons l’habitude. Mais la direction considère toujours que nous sommes des minables !

  11. Bonjour, les salaires sont en cours de versement.
    Je l’ai reçu ce matin. A priori, le salaire a l’air d’être normal. A vérifier avec la feuille fourni avec les fiches de paye.

  12. Parce que vous avez cru que c’était facile la distribution de courrier. Faut pas croire que les facteurs sont des neuneus. Il faut connaître son secteur. Chacun son boulot svp

  13. Extrait de l’article de presse “Le Monde” vu ce matin:
    En Provence, qu’ils sillonnent en Maserati et en Porsche Cayenne de fonction, ils se sont fait une place parmi les notables. Frédéric Pons et Eric Paumier, le duo à la tête d’Adrexo, société désormais célèbre pour s’être montrée incapable de distribuer des plis électoraux lors des élections départementales et régionales, pilotent leur groupe depuis un vaste bâtiment en verre entouré d’un parc, à la sortie d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Un siège évalué il y a quelques années à 10 millions d’euros. « Pons a un bon réseau, entre élus locaux et réunions du Medef. Il est à l’aise, provocateur… Lui recherche la lumière, alors que Paumier aime les chiffres », résume une figure locale.

  14. De toute façon, le temps était trop cours entre les deux distributions. Les recevoir le Vendredi matin.Surtout une fois chez soi, les re-trier. Par secteur et rues dans le sens de sa distribution. En sachant sue la il fallait mettre les régionales et départementales.A la même personne afin de faire qu’un seul passage. Chose pas facile à faire quand vous avez plusieurs secteurs. Et les nombreuses difficultés rencontrés, pas de noms, pas de numéros sur les boîtes aux lettres. Où des plis commençant par 0? Dure de faire un bon boulot, c’est pas comme la pub, ont la met directe.

  15. Je confirme le temps trop court pour distribuer.
    Il faut savoir que beaucoup de gens regardent leur BAL une foi par jour., si l on distribue après qu ils aient regardé, ca passe au lendemain !
    moi, distributrice et controleuse Adrexo, de peur que samedi les gens ne reardent pas les bals, j ai passé du temps a sonner chez les gens pour leur remettre en main propre. je suis donc blessée par ces accusations..

Les commentaires sont fermés.