Le temps partiel et le chômage partiel “Adrexien”

Normalement, le temps partiel s’applique aux salariés dont la durée du travail, obligatoirement mentionnée dans le contrat, est inférieure à la durée légale du travail (35 heures par semaine).

L’activité partielle et la rémunération au titre du chômage partiel s’applique aux salariés dont l’activité est réduite pour des raisons économiques.

Les entreprises doivent être autorisées à utiliser cette solution et sont régulièrement contrôlées.

Adrexo utilise régulièrement cette faculté dans toute la France avec parfois des usages particuliers, comme par exemple, à Montpellier ces dernières semaines.

Est-ce une manière d’améliorer la rentabilité ou une façon de pousser les distributeurs vers la sortie ?

Toujours est il que de nombreux distributeurs sont régulièrement placés en activité partielle alors que leurs secteurs sont tout de même distribués !

Il n’est pas constaté de manque d’activité et leurs secteurs sont distribués par d’autres qui doivent ainsi travailler beaucoup plus et dont l’emploi du temps n’entre plus tout dans le cadre d’une activité à temps partiel.

Juridiquement, nous rappelons que les salariés à temps partiel doivent pouvoir exécuter une autre mission chez un autre employeur s’ils le souhaitent et doivent donc connaitre à l’avance l’amplitude de travail prévu. Sans quoi, ils sont en droit de demander une requalification du contrat à temps plein.

En fait, ici, certains distributeurs sont au chômage pendant que d’autres font des heures complémentaires.

Cherchez l’erreur !

Pourquoi ?

Les contrats des salariés de la distribution sont modulés et annualisés, ce qui veut dire que le nombre d’heures peut varier de 33% en plus ou en moins chaque mois afin de s’adapter à la réalité économique, charge à l’entreprise d’arriver à un volume annuel d’heures prévu au contrat.

Ces dispositions sont déjà très avantageuses pour l’entreprise, mais ca ne semble pas l’être assez.

Du fait de la décision de limiter le temps de distribution par un temps “Max” qui arrête la badgeuse, fait cesser le travail et demande au salarié de rapporter les documents non distribués au centre, des distributeurs se trouvent en déficit d’heures par rapport au contrat, qui, lui, a été calibré sur un nombre d’heures permettant d’assurer une distribution complète. c’est que l’on appelle la sous-modulation, qui n’est pas ici le reflet d’un manque d’activité mais seulement les conséquences d’une décision d’entreprise.

Pour arriver à compléter les heures manquantes du fait de ce temps “Max”, l’entreprise confie des nouveaux secteurs à une partie de l’effectif (ceux dont les heures prévues ne sont pas réalisées) alors que l’autre se voit placé en chômage partiel.

C’est donc ces derniers, payés par l’entreprise mais qui se fait rembourser les salaires ensuite, qui financent la suppression de la sous modulation générée par l’entreprise elle même.

Un opération extrêmement rentable donc, tout cela au frais du contribuable et au mépris de la qualité de service.

La pandémie qui oblige l’état à soutenir l’économie génère ainsi un effet d’aubaine pour une entreprise mal gérée et qui préfère sacrifier la qualité de sa prestation plutôt que de démontrer sa capacité à être un acteur sérieux de la distribution.

Pas sur que les observateurs avisés qui scrutent le moindre faux pas pour démolir un conçurent, en particulier à l’aube d’opérations de distribution de courriers officiels, ne soient pas, intéressés par ce montage qui ressort d’avantage d’un choix financier audacieux que de la conséquence de la crise sanitaire.

Print Friendly, PDF & Email

7 Commentaires

    • Bonjour,

      Très souvent, quand l’article parait ici, c’est que nous avons déjà pris attache des services de l’état qui donnera suite… ou pas….

  1. Bonjour, perso je m’imagine une origine au chômage partiel, qui arrive à savoir que ces secteurs sont distribuer.
    Et il vont le rappeler en cas de maladie du distributeur qui le remplace ???? où de forte activité de l’entreprise ??????
    Évidemment ça pousse a partir d’être pris pour un imbécile.

  2. Bonjour, ces méthodes ne sont pas l’exclusivité du centre de Montpellier !!
    En plus des secteurs qui partent à la poubelle lorsque que le nombre de pubs est réduit,
    L’état est berné en plus des annonceurs…

  3. Description lapidaire et réelle de ce qui ce passe chez Adrexo.
    On nous met des temps MAX sur nos secteurs alors qu’ils étaient à distribuer complètement il y a peu de temps et l’on nous donne pour compenser le temps manquant 2 voire 3 secteurs supplémentaires effectués normalement par des distributeurs mis au chômage partiel. Dans l’impossibilité d’effectuer 3 secteurs dans la journée cela nous fait travailler 1 jour supplémentaire ou plus pour le même nombre d’heures…
    Bien joué Adrexo!!!!!!!!Tout bénef pour Adrexo, tout perdant pour les distributeurs,Ceux qui travaillent plus et ceux qui perdent 20% de salaire!

  4. Bonjour. J’ai donné à mon manager un certificat d’isolement établit par mon médecin traitant car je suis catégorisé comme personne à risque. Ce certificat prolonge les précédentes périodes jusqu’au 31 mai inclus. Aujourd’hui, mon manager me fait savoir que le RH veut que j’etablisse un arrêt de travail sur Ameli. Pouvez vous me dire si cette demande du RH est fondée car normalement je dois continuer à être placé au chômage partiel ?

    • Bonjour,

      Il n’est pas nécessaire d’être en arrêt maladie pour être isolé, au contraire, l’arrêt déclenche une indemnisation par la sécurité sociale et pas au titre du chômage partiel.

      Il n’y aucun changement là dessus et le certificat d’isolement suffit.

      Demandez à votre manager par mail de vous préciser sa demande par écrit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*