Négociation Annuelle Obligatoire 2020 : rien pour les distributeurs

Pour écouter l'article, démarrer la lecture ci-dessous


La N.A.O. (Négociation Annuelle Obligatoire) qui avait débuté très tardivement cette année, puis avait été annulé, puis avait repris peu avant Noël, se termine avec un accord très décevant.

Il n’y aura rien, comme d’habitude, pour les distributeurs !

L’accord qui va être signé par la majorité des organisations syndicales, dont la C.A.T., n’apportera rien, comme d’habitude, aux distributeurs de publicités de l’entreprise qui composent la majorité des effectifs.

Alors, pourquoi le signer ?

Il n’est cependant pas totalement négatif car il permettra, et ce n’était pas arrivé depuis longtemps, d’obtenir une avancée avec une revalorisation accordée pour les assistantes technico-commerciales.

C’est une revendication que nous portions depuis plus de 5 années. C’est à dire tout au long de la dernière mandature du C.E. et à chaque N.A.O, qui a fini par être suivie, sur le tard, par les syndicats “historiques” de l’entreprise. Il n’est jamais trop tard… Surtout la veille des élections…

Mais tant mieux pour les assistantes qui méritaient depuis longtemps ce changement, largement mérité, de leur statut au sein de l’entreprise.

Les salariés payés au niveau 1.3 pourront aussi constater une légère revalorisation.

Mais, coté employés aux niveaux 1.1 et 1.2, c’est à dire les distributeurs principalement, rien n’est au programme !

Nous regrettons vivement cette situation et remettrons ce sujet au programme des négociations 2021, bien évidement.

Car, nous avions proposé des évolutions qui n’étaient pas forcément coûteuses, et même certaines ne coûtaient rien, dans le domaine de la formation, par exemple.

La direction a tenté d’embarquer les organisations syndicales dans un projet d’accord visant à engager la signature d’autres accords…, Bref, du vent sur du vent, ce qui a occasionné une rupture des négociations et l’élaboration d’un projet limité au sujet des assistantes mais portant sur une réelle avancée et non d’hypothétiques propositions ne servant qu’à occuper de la surface sur le papier.

Comme a son habitude, la direction démontre ainsi son mépris pour les distributrices et les distributeurs qui composent pourtant le socle de l’entreprise.

Avec une volonté de détériorer la qualité, pour toujours faire plus d’économies, la direction engage sa responsabilité sur la dégradation des conditions de travail et l’affaiblissement des capacités de l’entreprise à se maintenir sur le marché de l’imprimé publicitaire.

Nous ne sommes pas dupes. Nous comprenons parfaitement que le groupe flèche une grande partie des coûts sur Adrexo afin de favoriser d’autres filiales. Notamment colis privé, le “fleuron du groupe, qui profite nettement de la structure Adrexo sans en payer tous les coûts.

Tout cela est clairement identifié par les expertises menées par le C.E. puis le C.S.E. et par les comptes d’exploitations de chaque agence Adrexo.

Par la sous traitance qui va intervenir prochainement sur tout le territoire et l’intervention de la Poste sur les secteurs ruraux, pour le compte d’Adrexo, c’est plusieurs milliers d’emplois qui sont menacés. Tout en sachant que chacun de ces emplois n’aura pas accès à des reclassements.

L’entreprise a fait le choix de ne pas associer les organisations syndicales sur le sujet. Elle et nous indique ainsi qu’elle n’utilise aucun outil de pilotage pour cette opération qui va pourtant engager un changement radical des conditions de travail d’une grande partie des salariés de l’entreprise.

Tout cela pour vous dire, cher(e)s collègues distributrices et distributeurs qu’avec une direction qui oublie, depuis tant d’années, ses forces vives et essentielles. Il est aussi de votre responsabilité de vous impliquer avec nous dans la défense de vos intérêts.

Cela passe par des initiatives individuelles pour la défense de vos droits, mais aussi par votre implication dans des forces syndicales pour défendre collectivement nos intérêts. Il existe une multiplicité de syndicats qui peuvent répondre à vos attentes. Nous comptons aussi sur vous, pour composer, avec nous, une force toujours plus structurée.

En l’absence de C.S.E. dans l’entreprise, c’est d’autant plus important pour nous tous que les organisations syndicales représentent un grand nombre de salariés. Il n’y aura pas de C.S.E. avant plusieurs mois, peut être pour l’été, mais sans doute même plus tard, les négociations s’annoncent longues et difficiles. Surtout lorsque la direction refuse toute avancée et ainsi favorise certaines organisations syndicales par intérêt et calculs malsains pour vos propres intérêts.

Vous nous aviez placés, aux dernières élections de 2020, en tête des organisations syndicales de l’entreprise, nous sommes vos obligés et nous ne vous décevrons pas. Comme d’habitude !

Print Friendly, PDF & Email

25 Commentaires

  1. A la fin vous dites ” nous vous deceverons pas ” .
    Ça m’a fait rire car finalement rien ne change.
    Vous obtenez rien pour nous .

    Merci de ne pas nous décevoir lol ..

    • Bonjour,

      Si vous nous suivez régulièrement, vous avez pu constater récemment des avancées sur les problèmes liés à la badgeuse et l’action syndicale se poursuit tous les jours.

      Mais nous ne faisons pas de miracle, c’est vrai, et nous préférons vous donner les informations même quand nous regrettons de ne pas avoir pu influer d’avantage sur les négociations. Ce n’est pas pour ca que nous abandons et les occasions d’obtenir d’autres choses ne manquent pas.

      D’ailleurs, nous sommes désormais en 2021 et les négociations vont reprendre.

  2. Bonjour, confirmation que les distributeurs sont les laissés pour compte malgré de grandes promesses. Il est vrai qu’en demandant aux très nombreux distributeurs de travailler gratuitement (temps de tri des adressés non rémunérés, temps de distribution largement dépassé, kilométrages non indemnisés, temps de préparation curieusement calculé – quoiqu’on en dise j’attends les preuves sur zone de ceux qui commandent. Personnellement j’attends toujours, je renouvelle toutes les semaines ma demande, la régularisation des avenants depuis aout 2020. Heureusement que je ne mets pas 4 mois pour faire ma distribution, mais c’est vrai en grande partie je prépare et distribue gratuitement, je dois la fermer parce que j’ai faim et mon “dossier” en cours n’avance pas vite car ” on travaille”. Trop patient, à partir de la semaine prochaine, c’est décidé je ne travaille plus gratuitement et tous les distributeurs devraient faire pareil. Bonne journée.

    • Bonjour,

      Très clairement, de nombreux distributeurs ont perdu patience et ont pris des dispositions pour faire valoir leurs droits.

      Les managers des agences n’ont pas toujours la possibilité d’intervenir pour corriger des éléments de salaire, même si ils estiment que c’est justifié.

      Le réseau est mis sous pression à tous les niveaux.

      Si vous souhaitez faire valoir vos droits, vous n’aurez pas d’autres solutions que d’engager une procédure.

      Si besoin, n’hésitez pas à vous rapprocher de nous pour être aidé.

  3. Bonjour,
    C’est quand même très décevant tout ça…. les distributeurs sont encore et toujours les laissés pour compte
    Verra-t-on au moins la fin des écrêtages sur nos salaires en 2021 pour problèmes de réseau ou distribution partielle du fait des temps max…. (38€ sur ma paye de novembre)
    Bonne journée

    • Bonjour,

      Un certain nombre de points vont être réglés à la fin du mois de Janvier.

      Si vous avez des problèmes particuliers comme pour la distribution partielle, n’hésitez pas à utiliser la rubrique d’aide aux salariés.

  4. Comment donner un peu plus aux distributeurs quand ça fait des années que l’on se gave sur leur dos. Nous sommes la vache à lait d’Adrexo. Attention toutefois que le lait ne devienne pas caillé…

  5. Vous mentionnez que Colis privé est une filiale d’Adrexo? Cette entreprise n’a pas bonne presse. A lire les commentaires des personnes victimes de leur agissements. J’en ai moi-même été victime. En fait la moitié des colis ne sont pas livrés par les livreurs. Le motif pour moi: client absent, alors que je n’ai pas quitté mon domicile de la journée. Pas vu l’ombre d’un livreur, aucun appel. Colis retourné à l’expéditeur (en Chine). J’ai eu du mal à me faire rembourser.

  6. “Si besoin, n’hésitez pas à vous rapprocher de nous pour être aidé.” C’est déjà fait, mais je fais comme Charles … j’attends.

    “Si vous souhaitez faire valoir vos droits, vous n’aurez pas d’autres solutions que d’engager une procédure.” J’attends le résultat du dynamique syndicat, je prépare une copie de mon dossier, je fais une recherche d’avocat, je passe au pain dur et à l’eau pour économiser pour pouvoir me “payer un avocat” si le résultat du “dossier en cours” est négatif. Tout comme pour ma préparation et/ou ma distribution je ne reste pas les bras croisés. La seule différence maintenant je ne vais travailler que pendant le temps effectivement rémunéré, je ne vais plus distribuer les adressés (non payé pour le tri je ne peux pas les distribuer) et je m’arrête (je vais mettre une alarme) et rapporter gratuitement (à moins que je les laisse au bord de la route) les poignées non distribuées. Que tous les distributeurs fassent pareil, on se plaint, on informe, mais PERSONNE n’écoute. Bonne journée.

    • “J’attends”.

      Nous vous avons écris lundi un mail pour vous fixer un rendez vous mais nous n’avons pas reçu de réponse…

  7. Je suis désolé si les clients d’adrexo arrivent à lire ce message mais savent t’il qu’on nous demande de ne pas finir les tourné comme sa on arrive au temps max est le reste de la tournée retoune au dépôt pour la poubelle j’aimerais voir la tête des clients

    • Bonjour,

      Au risque de vous décevoir, oui, beaucoup le savent et ont des moyens de le savoir sans lire votre message.

      • Bonjour, par contre beaucoup de ces commerciaux ne savent pas qu’une bonne quantité de pub termine dans les bacs quelques minutes après avoir été sortie des palettes, que faute de distributeur une partie des pubs ne seront jamais distribué, certains chef de centre apprécient d’écraser leurs distributeurs sous l’égit de la direction ou pas, les beaux camions qui partent pour la Belgique explose en ce moment, de même que les secteurs fantômes, qu’ils pensent un tout petit peu à leurs distributeurs s’ils souhaitent les garder un peu plus, le robinet des alternants un moment ça s’arrêtera, de même que les anciens partiront un jour …..

      • Comment peuvent t’il accepter sa !!! est après on nous fait croire que certains clients son pas contents lorsque un client se plain de ne pas avoir eu de Pub ? Au fait les régularisation esque on dois sasoir dessus ou bien sa nous fait un petit pécule le jour de notre licenciement car on manquera pas d’aller au prud’hommes

  8. BONJOUR NOUS SOMMES LA FORCE VIVE DE L/ENTREPRISE SANS NOUS ILS SONT RIEN . ALORS POURQUOI SOMMES NOUS LA DERNIERE ROUE DU CARROSSE .VOILA DES ARGUMENTS QU/IL FAUT METTRE EN AVANT VOILA DES ARGUMENTS QUI PERMETTENT DE METTRE L/ADVERSAIRE DEVANT SES RESPONSABILITE .NOUS SOMMES DES SALARIES HONNETE ET TRAVAILLEUR NOUS AVONS LE DROIT A LA RECONNAISSANCE DE NOTRE TRAVAILLE NOUS NE SOMMES PLUS A L/EPOQUE DE GERMINAL NOUS AVONS LE DROIT A LA DIGNITE ET AU RESPECT DU CODE DU TRAVAIL. ILS NOUS PARLENT/UN PROJET D/ACCORD VISANT A ENGAGER LA SIGNATURE D/AUTRE ACCORDS. CE SONT DES MOTS QUI NE VEULLES PAS DIRE GRAND CHOSE MAIS QUI SERVENT A DETOUNER NOTRE ATTENTION .EXCUSER MOIS POUR LES FAUTES D/ORTOGRAPHES MAIS JE NE MAITRISE PAS BIEN LE CLAVIER . BONSOIR A TOUS ET A BIENTOT .

    • Vous avez tout à fait raison, mais nous constatons que, malgré cette force incontestable, peu de salariés veulent s’investir et faire valoir leurs droits, ce qui fait que la direction ne prend pas au sérieux cette force qui pourrait pourtant se faire entendre.

      • Vous avez tout dit, après le souci est bien la peur de perdre son emploi ou de subir le mécontentement de certains de ses collègues, ce qui est aussi compréhensible, faire valoir ses droits est normal, le bémol c’est que vous avez certains chefs de centre accompagner souvent par leur adjoint ou équipe mis en place qui font vivre un enfer à leur distributeurs/préparateurs dés qu’ils sentent qu’une personne refuse de se faire écraser.

        • Bonsoir,

          Oui, vous avez raison, mais une fois un contentieux au Prud’hommes engagé, il est très difficile de licencier un salarié qui travaille correctement. C’est aussi une sécurité.

          Alors, le rapport de force est parfois inversé quand on s’affirme et au besoin nous savons intervenir sur place ou auprès de la direction générale quand des comportements sont déviants.

          Sachez également que les managers sont aussi victimes d’ordres qu’ils appliquent parfois sans grande conviction voire simple obligation, en présentant vos revendications de manières normales et sans agressivité, il est parfois de faire avancer les choses, il ne faut pas toujours considérer que la hiérarchie est contre vous, c’est parfois une obligation que de passer des consignes peu agréables.

          • Tout à fait, la hiérarchie doit se respecter mais il y a des limites à ne pas franchir vis à vis de ses salariés même s’ils ont des ordres derrière.

            Il est effectivement difficile de licencier un salarié qui travail bien, mais si ce dernier subit tous les jours la pression de son chef de centre et de certains de ses collègues bossant au dépôt qui souhaitent absolument garder leur places, je vous assure, que souvent ce dernier pose sa démission plutôt que de demander de l’aide, ce qui est dommage.

  9. Bonjour. Je viens de me faire chronométrer au de ma préparation de mes poignées. Si je fais que les poignées je suis dans les temps qui sont notés sur la feuille de route, mais il faut rajouter le temps d’installation, ravitaillement des pubs, rangement des paquets puis installation dans le véhicule pour le transport totalement gratuit.
    Le juge qui statue de manière neutre sur la faisabilité, guidé par un expert qui pourrait prouver ses propos in situ, permettrait réellement de voir que c’est impossible. Chaque fois qu’un futur ROC et/ou responsable est venu sur place pour faire une préparation et une distribution d’un petit secteur je n’ai jamais observé une grande performance. Certain(e)s en place ont vite oublié leur pathétique performance.
    Autre point parfaitement quantifiable que chaque distributeur peut mesurer chaque fois qu’il vient chercher son secteur 15 mn “rémunéré”. Hier, j’ai attendu 1 h 10 puis j’ai chargé et vérifié mes secteur. Beaucoup d’attente, puis temps de chargement et vérification non rémunéré. Ça c’est du concret. Et les préparatrice sur site, combien de temps attendent-elles leurs secteurs ? Super organisation ? Tout ça c’est concret, contrôlable mais tout le monde s’en contrefiche. La semaine prochaine, comme je l’ai précisé, je vais distribuer moins longtemps même si je fais l’effort de distribuer les adressés après avoir ajouté sur le pli “gratuitement” à côté du “timbre”. Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*