Comment Adrexo s’assure de la qualité de distribution des publicités ?

Les distributeurs se posent parfois la question des moyens dont disposent l’entreprise pour contrôler la qualité de distribution des prospectus.

La distribution est le métier d’Adrexo, et un emploi pour 18 000 distributeurs qui œuvrent partout en France avec les difficultés que tout le monde connaît.

Des clients sollicitent l’entreprise pour cette prestation et exigent une bonne qualité de distribution qui sera le gage de réussite de l’opération publicitaire et donc, du retour sur investissement.

Il est donc de la responsabilité d’Adrexo de fournir une prestation de qualité.

L’entreprise n’a pas vocation a se transformer en société de contrôle en réagissant à chaque réclamation d’un client qui peut avoir « l’impression » que sa campagne ne génère pas les retours suffisant mais Adrexo se doit de vérifier que ses salariés distribuent bien les documents prévus sur les secteurs.

Car lorsqu’un client souhaite contrôler lui même la qualité de distribution, il a la possibilité de s’adresser à une société spécialisée qui sera rémunérée pour effectuer un contrôle indépendant en envoyant un inspecteur sur place pour interroger des habitants.

En interne, la finalité est de détecter des anomalies soit parce qu’il y a un doute sur la qualité, soit pour s’assurer que la zone est bien couverte.

Le premier moyen est le contrôle terrain, généralement effectué par un permanent du centre ou un distributeur habilité qui va effectuer des interviews sur le secteur et consigner les réponses afin d’avoir une vision assez claire de la qualité. Il contrôlera en général la réception d’un document et le contenu de la poignée reçue afin de savoir si tous les documents prévus sont bien présents.

Le contrôle terrain peut également être mené conjointement avec le client qui assiste aux interviews et peut ainsi juger directement de la pertinence du contrôle.

Un autre moyen est d’effectuer un sondage par téléphone, soit en appelant directement, soit au moyen d’un outil automatique dont dispose les centres, qui émets des appels vocaux et demandent aux destinataires de répondre à quelques questions au moyen du clavier téléphonique. Ce dernier dispositif permet d’avoir facilement une première impression assez fiable mais présente une part d’aléas et demande à être vérifiée sur place en cas de mauvais score.

Ce moyen permet de contrôler un secteur ou une rue d’un secteur, avec un résultat livré le jour même de la demande.

Comme cela était indiqué au début de cet article, les clients demandent à des sociétés externes de contrôler la distribution, et cela se fait sous deux formes.

Soit sous forme classique avec un inspecteur sur le terrain, comme pourrait le faire un salarié de l’entreprise, soit sous forme interrogation d’un panel de clients par mail.

Lorsqu’une anomalie est constatée, la société de contrôle en informe Adrexo qui peut contrôler à son tour puis répondre en contestant l’anomalie ou en la confirmant.

Cette dernière méthode s’est considérablement développée ces dernières années. Concrètement, des clients du magasin sont interrogés par mail sur la réception du catalogue et répondent à chaque diffusion. Ces réponses sont croisées avec leurs adresses physiques (qu’Adrexo ne connait pas) et génèrent des scores par secteur.

L’entreprise reçoit ensuite ces scores mais ne peut pas directement intervenir sur des adresses précises puisque les adresses des panélistes ne sont pas connus. De plus, rien n’interdit à un panéliste de déménager et de conserver son adresse mail et donc de ne plus être dans la zone prévue. Il faut donc plutôt prendre ce résultat comme une tendance, qu’il peut être nécessaire de vérifier.

Toutefois, malgré des lacunes connues, c’est un indicateur qui peut permettre de déclencher des investigations plus poussées en ciblant des zones identifiée ainsi.

En revanche, les permanents managers des centres sont rémunérés pour partie sur l’atteinte d’objectifs qualité et ces scores panels participent à l’élaboration des scores de l’agence même s’il est compliqué d’établir avec certitude l’origine des anomalies constatées.

Enfin, les responsables de sites disposent désormais des traces de distribution générées par la badgeuse dont il convient de rappeler que l’objet est de rémunérer le temps réel de distribution mais aussi de le contrôler.

Car si le temps est mesuré, l’entreprise doit aussi s’assurer que la distribution est conforme pour que la mesure devienne opposable aux deux parties, le salarié et l’entreprise, conformément aux dispositions du code du travail et aux dispositions législatives qui n’interdit pas la pré-quantification mais la subordonne à un contrôle postérieur afin que le temps soit finalement adapté à la réalité.

De plus en plus, l’entreprise souhaite démontrer sa capacité à bien distribuer et met en place des outils de pilotage pour permettre aux managers de mener des actions correctives lorsque cela est nécessaire. En 2017, au niveau national, il a été constaté une amélioration sensible de la qualité de distribution d’Adrexo.

C’est sans doute de fruit de nombreuses actions mais aussi le résultat direct du travail des distributeurs.

La qualité est l’affaire des distributeurs, mais pas uniquement, car pour effectuer un travail de qualité, il faut avoir un plan de qualité, dont les contours et limites sont claires, le matériel de distribution adapté et en bon état (chariot, sacoche et badgeuse) et recevoir les documents en nombre suffisant.

S’ajoute, pour les zones dont la préparation est effectuée par des machines, que la poignée soit bien composée de tous les documents et constituée correctement.

La C.A.T. souhaite que le travail des distributeurs qui est tributaire de nombreux pré-requis soit davantage valorisé et que le développement actuel de l’entreprise vers de nouvelles activités profitent à ceux qui permettent, chaque semaine, de réaliser l’exploit de ravitailler ces millions de boites à lettres.

Les distributeurs et son réseau sont la force de l’entreprise, croyez bien que nous pèserons toujours plus en étant irréprochables face à certaines injustices.

 

CAT-ADREXO

Admin

20 pensées sur “Comment Adrexo s’assure de la qualité de distribution des publicités ?

  • 16 juin 2018 à 10 10 29 06296
    Permalink

    Et en plus en s25 nous sommes retournés au km secteur et non dépôt domicile vu

    Répondre
        • 17 juin 2018 à 18 06 26 06266
          Permalink

          Vérification faite, vous n’avez qu’une publicité, il est donc normal que le trajet ne passe pas par le domicile puisqu’il n’y a pas de préparation.

          Dans ce cas, le trajet va du centre au secteur.

          Répondre
  • 16 juin 2018 à 11 11 58 06586
    Permalink

    Depuis les nouveaux plans de fin d’année 2017 ils ont retiré environs 150 BL de ma tournée cet a dire 150 foyers qui n’ont plus de pubs dans leurs BL la Poste elle assure 100/100 des BLs Alors Adrexo ne feras jamais le poids car distribution incompléte

    Répondre
    • 16 juin 2018 à 18 06 17 06176
      Permalink

      Bonjour,

      Ces boites ont peut être été affectée à un autre secteur et ne vous inquiétez pas si Mediapost faisait 100 % des boites, ça se saurait !

      Nous n’avons pas à pâlir du travail des distributeurs adrexo!

      Répondre
  • 16 juin 2018 à 15 03 16 06166
    Permalink

    Bonjour
    Ne pas oublier une chose aussi, chaque distributeur ne travaille pas forcément que pour lui, mais c’est un travail collectif également !
    Suffit qu’un(e) seul(e) distributeur(trice) néglige sa tournée de distribution, pour que le client croit que tout l’effectif des distributeurs soit désordonné … !
    Quelque part, nous sommes tous solidaires les uns des autres !
    Un ou plusieurs clients mécontent, c’est une perte de contrat, et mécaniquement cela peut engendrer des licenciements pour une partie de l’effectif.
    Bon courage à tous et toutes dans vos tournées de distribution !

    Répondre
    • 16 juin 2018 à 18 06 45 06456
      Permalink

      Bonjour, c’est sur, il ne faut pas être individualiste car chacun a une responsabilité pour l’avenir d’un contrat.

      S’il faut être clair pour faire respecter ses droits, faire justice soit même en cessant la distribution pour n’importe qu’elle raison engage l’ensemble des collègues.

      Répondre
  • 16 juin 2018 à 16 04 10 06106
    Permalink

    Etant actuellement panèliste pour deux clients (Casto et confo) d’ADREXO, je veux préciser que la société qui effectue ces contrôles demande au panèliste, environ deux fois par an ses coordonnés:

    Adresse, Mail, si il y a ou non une B.A.L. accessible, avec un stop Pub ou non.

    Répondre
    • 16 juin 2018 à 18 06 47 06476
      Permalink

      Bonjour,

      Merci de cette précision. Des inspecteurs de cette société externe font aussi des vérifications sur le terrain environ une fois par an.

      Répondre
  • 16 juin 2018 à 17 05 12 06126
    Permalink

    Tout à fait d’accord, mais en quand, en semaine 24, il manque 14 paquet de 15 poignées sur 25 qui devrait çetre récupées, il y a un gros malaise au centre de préparation automatisé. Ce n’est pas tout,dans les 3/4 des poignèes récupérées, s’y trouvé des pub non prévues, mais surtout des pubs destinées à d’autres régions et en particuliers un catalogue LECLERC prévu pour une autre régions alors que celui destiné à Nîmes pour l’anniversaire du magasin été pratiquement absent (plus des 3/4) !!!
    Quand on sait que LECLERC Nîmes est un gros client, c’est pas sérieux, de même pour un autre GROS client CASTO, pratiquement absent dans 3/4 des poignées, de même pour un autre GROS client BRICO DEPOT de Nîmes absent dans 1/4 des poignées.

    Quand j’ai vu le manque de poignées j’ai recherché des poignées en retour avec ces catalogues pour ramener tout à la maison et refaire des poignées au mieux. J’espère que l’on me paiera le temps passé.

    Que dire des poignées, certes en nombre prévus mais n’ayant que 2 pubs au lieu de 4 !!!

    Malheureusement, cela arrive assez souvent, mais cette fois-ci c’était épouvantable.

    Il serait bon, je penses, de rappeler qui est à l’origine de cette mécanisation…..

    J’ai fais un rapport assez précis de la situation avec les poignées incriminées et l’ai donné à mon responsable de centre qui n’était pas content et qui allait, personnellement , faire remonter l’affaire

    De plus, quand est-ce que le temps pour aller du centre au début du secteur sera calculée par la route normale et non par autoroute, donc différence d’au moins 5 mn.

    Répondre
    • 16 juin 2018 à 18 06 53 06536
      Permalink

      Bonjour,

      La mécanisation est sans doute un problème d’autant qu’elle coûte actuellement plus chère que la préparation manuelle.

      La C.A.T. est le seul syndicat à avoir édité un rapport sur cette activité et émettre des doutes sur sa pertinence.

      Nous regrettons que nous soyons obligés aujourd’hui de continuer sur cette voie du fait des investissements déjà réalisés qu’il faut aujourd’hui amortir.

      Pour votre problème de trajet, passez par la rubrique d’aide aux distributeurs afin que nous puissions analyser votre cas personnel.

      Répondre
  • 16 juin 2018 à 20 08 22 06226
    Permalink

    Merci pour les explications pour le contrôle interne et externe de la qualité de la distribution sur la base de la badgeuse.
    Je constate qu’il y a une divergence en ce qui est contrôlable à l’aide de la badgeuse et en ce qui est marqué comme donnée ( nom, adresse et consignes diverses ) sur les ajouts de la FDR; ces infos ont la vie « éternelle » !
    J’ai par exemple une cliente Hyper – U que je ne doit pas oublier bien que ADREXO a perdu Hyper U depuis plusieurs années à MRDIAPOST, il y a un autre client important à ne pas oublier bien qu’il ait marqué STOP PUB sur sa bal, et il y a une boulangerie qui est fermée depuis plus d’un an – j’ai signalé tout cela sur la feuille annexe, même plusieurs fois, mais cela ne semble pas inquiéter l’administration d’ADREXO; je suppose donc que l’intérêt de l’entreprise se limite à l’aspect de qantité et moins à celui de la qualité de la dstribution, et la quantité est définie par le nombre de prospectus à dsitribuer, même s’il n’y a pas ou plus autant de bals, le contrat du client avec ADREXO a la priorité et est à garder, même si la réalité ne correspond plus au contrat, ( ce que je peux comprendre…) .

    Répondre
    • 17 juin 2018 à 0 12 09 06096
      Permalink

      Bonjour,

      C’est effectivement parfois absurde, les consignes sont à mètre à jour et cette gestion se fait en local donc vous avez raison d’insister auprès de vos managers.

      Répondre
  • 16 juin 2018 à 23 11 16 06166
    Permalink

    Bonsoir,
    La mécanisation, en elle même n’est pas un problème, au contraire, hormis le problème social qui est non négligeable. Ayant travaillé 36 ans dans les industries graphique, plus précisément dans le brochage, je me permet de dire que ce n’est pas la mécanisation qui pose des problèmes, mais les choix techniques qui ont été fait. La Férag n’a jamais été conçu pour faire ce type de travail ( Bravo au commercial d’avoir vendu une Rolls au prix fort j’imagine, alors que les besoins étaient d’une Renault), sont amortissement est quasi irréalisable. Les Duplo, elle sont adapté pour des faibles paginations. La mécanisation, pour moi , peut sauver la pub chez ADREXO, malgré les conséquences sociales. Mais il faudrait, revoir les choix technologique. La machine que la direction se proposait d’acheter( SITMA) est beaucoup plus adapter au besoin de l’entreprise. Le prix d’achat doit être environ 5 à 10 fois moins élevé que la Ferag. Mais il existe sur le marché de l’occasion des industries graphique, du matériel peu chère ( moins de 50000€) et qui peu produire encore des dizaines d’années, complètement adapté pour les besoins de l’entreprise.

    Répondre
    • 17 juin 2018 à 0 12 07 06076
      Permalink

      C’est tout à fait en phase avec notre rapport d’élus remis à la direction, la mécanisation n’a de sens économique que si elle coûte moins cher que l’humain. Ce n’est pas le cas actuellement et dans ces conditions l’inhumain reste le meilleur moyen de préparation.

      Si on imagine un marché en stagnation voir en baisse, le problème du retour sur investissement se pose…

      Répondre
  • 20 juin 2018 à 8 08 33 06336
    Permalink

    Bonjour
    Notre centre est mécanisé. Chaque poignée était scotchée, ce qui allait assez vite pour la distribution.
    Pour un coût de scotch trop élevé, le scotch a été enlevé, et là c’est le fun dans les poignées, 3 pub au lieu de 5 annoncées, doublons, et même plus, manque pub…, et forcément poignées très difficiles à réportorier, de plus les packs sont très mal faits, mal ficelés, des pubs sont déchirées et dépassent de tous les cotés du pack. Les managers sont au courant, mais rien ne bouge. La suppression du scotch qui devait être temporaire continue. Notre temps de distribution s’est rallongé. Y a t-il réellement un bénéfice ?..

    Répondre
    • 20 juin 2018 à 11 11 38 06386
      Permalink

      Bonjour,

      Nous avons été effectivement alerté sur ce problème, la C.A.T. est le seul syndicat a avoir étudié le sujet et écrit un rapport complet sur la mécanisation.

      Pouvez vous nous indiquez sur quelle région vous êtes afin que nous puissions nous déplacer efficacement sur la plateforme ?

      Répondre
  • 21 juin 2018 à 11 11 19 06196
    Permalink

    bonjour

    je voudrais interagir sur les anomalies,si y’a anomalie concernant un controle terrain c’est pas spécialement la faute du distributeur mais la faute des personnes qui recoivent la publicites dans la boite aux lettre.le mari la pris et la jete ect .de plus les controleurs demande aux gens de mentir j’ai beaucoup de mal a comprendre .mais qui dit anomalie qui dit prime pour le controleur pffff.

    Répondre
    • 21 juin 2018 à 11 11 42 06426
      Permalink

      Bonjour,

      C’est pour cette raison qu’adrexo opère toujours un contre contrôle pour éventuellement contester l’anomalie.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Support