Adrexo : evolutions et nouveaux métiers.

En qualité de syndicat de salariés, libre et autonome, nous avons retenu l’option de l’information, de la vérité, de la transparence sans compromission, librement pour que chacun puisse se faire son idée, en vérifiant sur le terrain et concrètement les dires qui sont relayés par la C.A.T.

Volontairement, nous ne nous livrons jamais à la critique facile et inutile qui ne ferait pas avancer les lourds dossiers en cours au sein de l’entreprise. Le but n’est pas de monter des salariés contre les autres, le but est de permettre à tous les salariés un traitement juste et équitable.

Ce site n’est donc pas un lieu de polémiques stériles, nous espérons vous apporter un éclairage orienté vers la défense de vos intérêts mais surtout permettant de trouver des solutions.

Il nous parait intéressant de faire un point d’étape, après 10 mois de nouvelle gouvernance de l’entreprise, et de profonds changements déjà actifs ou en préparation.

D’où venons nous ?

Il faut se rappeler qu’il y a encore très peu de temps, les distributeurs de publicités étaient payés sur la base d’un temps pré-quantifié variable selon le poids de la poignée de publicités à distribuer et de la classification du secteur qui déterminait la difficulté de celui-ci.

Cette notion de classification a vite été détournée de sa volonté initiale avec des disparités importantes sur le territoire, certains distributeurs étant payés différemment d’une ville à une autre, avec pourtant les mêmes caractéristiques de terrain.

Très souvent, pour ne pas dire, toujours, le salarié effectuait plus d’heures de travail qu’il lui en était rémunérées.

Une négociation intense où la C.A.T. a pris toute sa place, a donné la signature d’un accord d’entreprise le 4 juillet 2016, permettant de contrôler le temps de travail des distributeurs.

Il était en effet nécessaire d’obtenir un temps opposable à l’entreprise et au salarié, c’est à dire dont le volume n’est pas contestable par l’un ou par l’autre, il fallait donc le mesurer électroniquement.

En effet, contrairement à ce qui est trop souvent affirmé, la pré-quantification du temps de travail n’a jamais été interdite, c’est l’absence de contrôle de la réalité du temps de travail qui est interdit.

Pour ce qui est d’Adrexo, une pré-quantification existe d’ailleurs toujours avec la mise en place d’un temps théorique de distribution. Chaque semaine, ce temps est contrôlé avec un appareil qui permet de vérifier la réalité du temps passé et surtout de payer la réalité de ce temps.

Le temps théorique (ou repère), n’a donc qu’une existence purement théorique, comme son nom l’indique, tant qu’un moyen de contrôle ne vient pas le contredire.

C’est ainsi que plus de 11 Millions d’euros de plus qu’en 2016 sont allés dans les poches des distributeurs, dans un premier temps par le versement d’une prime de 5 euros par semaine et par secteur pour les bons badgages puis par le versement d’une majoration de salaire chaque semaine, après contrôle du temps réellement effectué depuis le déploiement du dispositif, le 14 août 2017.

Pendant 9 mois, les distributeurs ont utilisé la badgeuse pour mesurer les distances à pied et en voiture sur l’ensemble des secteurs de France puis une formule mathématique a déterminé, en fonction du nombre de boites à lettres, et d’une moyenne de vitesse de marche ou de déplacement en voiture, combien il faudrait de temps, pour distribuer le secteur.

C’est ce qui s’appelle aujourd’hui le temps repère (ou théorique).

Un précédent article présente, sur ce site, la méthode de calcul utilisée.

Pour être tout à fait honnête, il existe dans ce calcul, de nombreuse lacunes, et elles ont été démontrées dès son instauration.

D’abord certains temps théoriques sont inférieurs aux anciens temps utilisés avant la signature de l’accord d’entreprise.

C’est évidement totalement illégal puisque la convention collective prévaut sur l’accord d’entreprise dans la hiérarchie des lois.

Ensuite, les vitesses moyennes à pied sont manifestement intenables, même pour les plus sportifs, et pour être opposable, le temps théorique doit être à minima réalisable.

Mais, encore une fois, étant entendu que ce temps n’a que valeur de référence, il n’est pas très important, sauf quand c’est celui-ci qui est utilisé pour vous rémunérer si une anomalie annule le contrôle du temps réel de distribution.

Depuis le 14 août 2017, chaque distributeur mesure lui-même son temps de distribution.

L’accord d’entreprise prévoit que le temps théorique peut être vérifié, c’est à dire ajusté si il présente un trop fort écart avec la réalité.

Il faut dans ce cas savoir si c’est le temps théorique qui est faux ou si c’est le distributeur qui génère un temps manifestement trop important.

La vérification peut être faite par un autre distributeur ou par un distributeur spécialiste affecté à cette tâche.

A l’évidence, si le temps théorique ainsi vérifié devient très proche du temps réel, il n’y a plus de problème, même en cas d’échec du contrôle avec la badgeuse puisque l’écart est minime.

Il faut en effet se souvenir d’où l’on vient, sous le régime de la convention, avec des écarts significatifs, parfois de plusieurs heures.

Cette badgeuse, tant décriée, est aujourd’hui rentrée dans les mœurs et vous êtes nombreux à bien l’utiliser, chaque semaine.

Le septembre rouge qui nous était parfois annoncé lors de l’arrivée des premiers salaires de septembre 2017 s’est transformé en plébiscite du moyen, avec cependant, et il faut le rappeler, encore des dysfonctionnements à régler, et nous nous employons à être force de proposition dans ce domaine.

Mais c’est l’art de ceux qui ne font rien de remarquer ce qui n’est pas bien fait.

Au delà de la mesure du temps de travail, la badheuse contrôle aussi les parcours de distribution (pour mémoire, ce sont ces parcours qui ont servis à déterminer le temps théorique avant le 14 out 2017), et cet outil permet aujourd’hui à l’entreprise de vérifier le travail des distributeurs sur le terrain.

Quoi de plus normal pour un employeur de vérifier que le travail demandé est bien fait ? Oui, si le temps nécessaire  pour le faire est entièrement payé ! C’est précisément ce qu’il faut obtenir avec la badgeuse.

L’entreprise qui paye plus aujourd’hui, ne se privera pas d’user de ce moyen de contrôle.

C’est une bonne nouvelle pour ceux qui travaillent avec attention et produisent, depuis parfois des années, un travail de qualité.

C’est une très mauvaise nouvelle pour ceux qui seraient tentés par des mauvaises pratiques qui nuisent à l’entreprise, mais surtout à l’ensemble des salariés en menaçant l’emploi et la pérennité de l’entreprise.

Les premières personnes impactées par la perte d’un client suite à des problèmes de qualité sont les distributeurs qui vont voir leurs rémunérations diminuer ou leurs emplois menacés.

C’est dans ce cadre que tous les distributeurs qui refusaient de signer l’avenant mettant en place les badgeuses ont tous été licenciés à ce jour, et que l’entreprise, dans les prochaines semaines, va s’attaquer à ceux qui perdurent à ne pas utiliser ou a mal utiliser volontairement la badgeuse.

Nous pensons, en responsabilité, qu’il est nécessaire d’avoir sur le terrain, une force de distribution fiable pour que la pérennité des salaires et de l’entreprise soit assurée.

Il est beaucoup plus simple de faire valoir vos intérêts quand l’entreprise reconnaît la qualité du travail de tous ses salariés sur le terrain.

Où allons nous ?

Il ne faut pas se le cacher, depuis des années, la distribution d’imprimés publicitaires n’est plus rentable.

Aucune entreprise ne peut vivre en perdant durablement de l’argent.

Les coûts de distribution sont de plus en plus élevés, les coûts salariaux aussi, et malheureusement, du fait d’une guerre concurrentielle, les prix de vente ont plutôt baissé ces dernières années.

Devant cet état des lieux, le groupe SPIR a décidé de se séparer d’Adrexo et l’année 2016 a été consacrée à la phase opérationnelle de la cession et à la mise en oeuvre des moyens permettant d’aller de l’avant en transférant l’entreprise à d’autres entrepreneurs.

Très concrètement, pour que cela soit possible, il fallait au principal obtenir un geste des pouvoirs publics pour réduire les dettes fiscales et sociales d’Adrexo, présenter un moyen de contrôle du temps de travail pour satisfaire aux règles sociales et obtenir la validation de l’entier dispositif par le tribunal de commerce de Marseille.

Il faut bien comprendre que ce fut une chance inespérée pour les organisations syndicales, dont la C.A.T., qui ont pu ainsi négocier un accord audacieux sur la rémunération du temps de distribution, accord que nous n’aurions jamais pu négocier en dehors de cette phase de cession.

Les tentatives de le remettre en cause, après la vente, ont été nombreuses et toujours fermement rejetée par la C.A.T..

Alors, à l’évidence, tout n’est pas parfait, mais quand on sait d’où on vient, on ne peut que se féliciter des avancées de ces derniers mois.

Mais, cet accord ne saurait empêcher l’entreprise de perdre encore, et toujours de l’argent.

Il faut donc aussi développer de nouvelles stratégies et c’est dans ce cadre que vous avez pu assister ces dernières semaines à un fort développement de différentes activités dont en premier lieu, le courrier.

Cette activité a toujours existé sous le vocable « adressés » mais se limitait à des distributions occasionnelles de catalogues, parfois d’ailleurs très lourds, et connaît aujourd’hui une nouvelle vie sous l’intitulé « courrier » et par des distributions plus traditionnelles, de courriers classiques, comme dernièrement, les enveloppes EDF par exemple.

Ce test EDF permet à l’entreprise de se mettre en ordre de marche pour pouvoir réaliser, très rapidement, d’autres opérations d’envergures, et atteindre une chiffre d’affaires important.

Aujourd’hui, certains dysfonctionnements ont été constatés sur ces opérations.

Les premiers, d’ordre techniques, sont liés au tri des enveloppes avant livraison aux distributeurs, qui nécessite du temps et qui nécessite un traitement des fichiers performant.

De ce point de vue, les outils informatiques évoluent et les badgeuses permettront bientôt de vous signaler l’arrivée à côté d’une adresse à servir et de vous dire quelle enveloppe, il faut y insérer.

Il n’y aura donc plus de nécessité de préparer les plis.

Ce temps posait en effet problème puisqu’il n’était pas comptabilisé et puisqu’il était quasiment impossible de préparer les courriers sur la tournée, sauf à risquer une détection d’immobilité.

Demain, les courriers seront triés, peu importe le sens de la tournée, puisqu’ils seront numérotés.

D’autres dysfonctionnements concernent les distributeurs. Il a été constaté des pratiques autant puériles que suicidaires avec des refus de distribution, des courriers jetés, mis dans les boites de collecte de la poste, rendus aux centres sans tentative de distribution. Quelques exemples, heureusement peu nombreux, sont venus émailler cette expérimentation.

La encore, les distributeurs concernés ont été sanctionnés, mais ils viennent mettre en danger cette activité et au final, l’emploi de leurs collègues.

Car, est-il difficile de distribuer une enveloppe dans une boite à lettre alors qu’on y met déjà la publicité ?

Est-il plus difficile aujourd’hui de distribuer une enveloppe de 20 grammes que hier un catalogue de 2 kilos ?

A l’évidence, non, et cette activité est le levier le plus prometteur pour le retour de l’entreprise à l’équilibre.

Rappelons également que le temps nécessaire à la distribution est comptabilisé par la badgeuse et donc payé aux distributeurs. L’entreprise permet d’ailleurs aux managers une relative latitude sur le traitement des salaires à ce sujet.

L’activité est aussi un moyen pour ceux qui le souhaitent de travailler dans les centres pour préparer ces envois et de nombreux emplois de personnels fixes ont et seront créés dans les prochains mois.

Parmi, les activités en développement, il faut aussi citer le colis, qui est en pleine expérimentation et qui a généré de nombreuses embauches, soit par évolutions internes, soit externes, .

De part la proximité d’Adrexo avec l’entreprise colis privé, cette activité est amenée à se développer partout en France avec des salariés au lieu des sous traitants habituellement employés dans ce domaine.

Colis privé, via Hopps-group,  fait en effet le pari de l’activité salariée avec un véhicule d’entreprise et c’est le réseau Adrexo qui peut en bénéficier.

Et bien plus encore… D’autres activités arrivent, nous y reviendrons dès que possible.

L’entreprise change, comme jamais elle n’a jamais changé depuis des années, c’est le seul et unique moyen de la faire perdurer et de maintenir nos emplois.

Si chacun peut être critique, et en premier la C.A.T., vous connaissez aujourd’hui nos habitudes en la matière, chacun se doit d’être force de proposition pour accompagner ce changement.

Des dossiers importants sont sur la table des négociations : le temps de préparation pour avril 2018, la mécanisation, la modulation et les horaires pour début 2018.

Si 2017 a un peu bousculé l’organisation du réseau, 2018 sera une année déterminante et forte en nouveaux changements dans tous les domaines.

Les actionnaires, dans un plan dénommé à dessin, plan phœnix, prévoient encore un certains nombres de projets audacieux.

Il faut aussi en profiter pour souhaiter que ce réseau, force essentielle de l’entreprise, formé de ses agences, de ses relais, partout en France, de ses directions régionales connaisse également de forte évolution dans les mentalités.

Trop souvent, on à l’impression que l’on essaye de couper des nouilles au sécateur et que l’évolution ne se fait pas au même rythme à chaque niveau.

Le management doit aujourd’hui incarner un nouveau modèle social très différent de celui qui existait avant 2017 et ainsi accompagner le nécessaire retournement de l’entreprise.

Un modèle moderne, riche de la diversité sociale des salariés, riche de valeurs humaines et responsables doit être présent dans tous les établissements.

A tous les niveaux, chacun doit se souvenir qu’il est aussi et d’abord un salarié et qu’il forme, avec les 17 000 autres, la puissance du réseau et incarne Adrexo.

Nous sommes volontairement optimistes, mais pas naïfs, nous seront à vos côtés, chaque jour, attentifs et critiques pour défendre vos intérêts collectifs et individuels et poursuivre notre travail d’information à tous les salariés et d’action dans les différentes instances représentatives où nous siégeons (comité d’entreprise, commissions, CHSCT, délégation du personnel) ou grâce à nos délégués syndicaux locaux.

Soyons réalistes, demandons l’impossible…

philippe Viroulet

Admin

28 pensées sur “Adrexo : evolutions et nouveaux métiers.

  • 27 novembre 2017 à 10 10 01 110111
    Permalink

    Bravo et felicitations a CAT-ADREXO
    Enfin un syndicat qui a reussi a se faire entendre aupres d une direction(quelque soit elle) qui a toujours mepriser les distributeurs qui lui assurer « de gros ROYALTIES » tous les moi

  • 27 novembre 2017 à 11 11 41 114111
    Permalink

    Bonjour je voudrais interagir sur la responsabilité en effet pour qu’une entreprise tourne nous devons être responsable, mais c’est pas le cas pour certains distributeurs. Sur notre centre relais c’est pas le cas deux trois distributeurs ne sont pas responsable quand on perd un client c’est tout le monde .mais rien n’est fait à ce jour pour expliquer aux distributeurs d’effectué leur distribution avec sérieux et responsable .bonne journée et merci à la cat pour tout ce travail effectué sur ce site

  • 27 novembre 2017 à 13 01 26 112611
    Permalink

    J’apprécie particulièrement cette mise au point. Je vous rejoins dans l’analyse et la synthèse.
    Mais malheureusement, je pense qu’il y a un gros « travail » à faire auprès de nombreux salariés pour les convaincre.

  • 27 novembre 2017 à 15 03 30 113011
    Permalink

    bonjour on ne peut pas mettre un controleur derriere chaque distributeur lors de sa tournee;
    Certains distributeurs s en foutes le principal c est qu ils ont la paie

    • 27 novembre 2017 à 17 05 18 111811
      Permalink

      Bonjour,

      Avec la badgeuse, tous les managers connaissent la qualité du travail, reste à utiliser ces moyens pour prendre les bonnes décisions.

  • 27 novembre 2017 à 19 07 06 110611
    Permalink

    Bonjour

    Savez-vous quand vous pourrez obtenir les informations sur les salaires distribués ces derniers mois ( septembre , octobre et maintenant novembre ) ?

    Je m’excuse d’insister , mais c’est le seul moyen d’y voir clair et de déterminer si la direction joue le jeu depuis le 14 aout concernant la rémunération des distributeurs .

    Les pouvoirs publics qui ont passé l’éponge sur les dettes d’adrexo ont-ils prévu des moyens de suivi
    afin de s’assurer que le travail des distributeurs est justement rémunéré ?

    • 28 novembre 2017 à 8 08 52 115211
      Permalink

      Bonjour,

      Précisément non, mais au besoin, nous reposerons la question officiellement si la réponse précise n’arrive pas.

      Nous avons tout de même des indicateurs, en observant des résultats sur des agences. Les écarts sont très différents mais démontrent des hausses, qui sont toutefois à temporiser par une baisse de volume et surtout un nombre de semaines différemment configurés entre 2016 et 2017, ce qui n’est évidement pas neutre.

      En ce qui concerne la surveillance de l’entreprise, oui, elle existe, un mandataire judiciaire a été nommé pour cela par le tribunal de commerce, de plus, les services de l’urssaf et de la DGT sont très attentifs au fonctionnement de l’entreprise, et pas seulement au niveau des rémunérations.

  • 28 novembre 2017 à 5 05 46 114611
    Permalink

    bonjour. beaucoup de changement a venir c est bien .felicitation pour votre travail fait sur ce site .cordialement.

  • 28 novembre 2017 à 10 10 38 113811
    Permalink

    Bonjour,
    Bravo à la CAT et surtout a nos représentants, qui savent se montrer pugnace dans les négociations.
    Juste un petit point vu de mon petit niveau…
    Pour ce qui est des salaire.
    Sur notre PO une augmentation des rémunération moyenne de 30 à 40 %, certains gagne plus d’autres, la même chose pour moins de secteurs (ceci étant fonction du choix du distributeur).
    Par contre il reste un problème récurant chez ADREXO !!!
    La purge !!! Enfin le départ de nombreux gros salaire, la volonté affichée par La direction de renforcer les effectifs au niveau des adjoint, n’est à ce jour que poudre aux yeux; En effet, nombre de dépôt ou relais sont dirigés par de simple distributeurs, voir des techdis. qui font le job d’un adjoint, voir d’un chef de centre, en mission ou pas, mais en ayant les responsabilités… Mais bien loin d’en avoir les avantages (véhicules, carte gaz oïl, primes diverses !!!).
    Alors oui, faisons des efforts !
    Alors oui, allons de l’avant !
    Alors oui, prenons nos responsabilités !
    … Sic…
    Mais nos dirigeants devraient eux aussi prendre leur responsabilités envers les forces vives d’ADREXO, ne pas oublier leur engagements, et surtout faire pour paraphraser; Monsieur Estampe « C’est celui qui fait qui sait !!! » Je dirais, c’est celui qui fait qui est payé à la juste valeur de son travail…
    Après nous le savons tous c’est le changement qui fera vivre et progresser notre société, qui est, ne l’oublions pas notre outil de travail.
    Alors changeons avec elle et pour nous…

    C’est un peu ce qui a fait que j’ai rejoint la CAT une force de proposition pour faire avancer notre futur en nous battant au quotidien, pour faire que les erreurs du passé soient nos avantage dans l’avenir…

    • 28 novembre 2017 à 11 11 32 113211
      Permalink

      Bonjour,

      Effectivement, la direction doit sécuriser les postes de permanents, il en a été question dans les dernières réunions et la direction promet de remettre de l’ordre dans le réseau. A suivre donc.

  • 28 novembre 2017 à 19 07 42 114211
    Permalink

    bonjour, pourquoi a t on supprimé le travail d’équipe ? nous faisions chacun la moitié de notre secteur, et nous gagnions du temps. merci.

    • 28 novembre 2017 à 21 09 12 111211
      Permalink

      Bonjour,

      La raison principale est que si les badgeuses sont capables de chronométrer deux temps de travail sur un même secteur, elle ne permettent pas de contrôler le temps et la qualité par les tracés GPS distinct sur un même secteur.

      En clair, si on peut ajouter du temps, on ne peux pas fusionner deux tracés de parcours et si la badgeuse est un outil de mesure du temps, elle est aussi un moyen que ce temps soit opposable aux parties, conformément aux dispositions du code du travail.

      Par ailleurs, à l’analyse, une équipe travaille moins vite qu’un distributeur seul, il y a en effet inévitablement des moments de parcours communs.

      Ce sont les deux véritables raisons de la suppression de ce dispositif malgré notre opposition.

  • 29 novembre 2017 à 14 02 33 113311
    Permalink

    Bonjour,

    C’est très bien que l’entreprise évolue et face en sorte que de nouveaux métiers soient créés pour compléter la distribution publicitaire dont les volumes sont en baisses. Cependant, pleins de choses ne sont pas encore au point à ce jour, notamment pour les adressés; cette semaine encore j’ai eu des enveloppes EDF et des revues Canal; le soucis c’est que rien n’était trié par rue, tout était mélangé n’importe comment ! Comment faire un travail de qualité dans ce cas ? Est-il facile de s’y retrouver ?
    J’ai passé du temps non payé à classer par rue et à attacher par élastiques.
    On perd du temps si tout n’est pas classé; si l’on veut gagner en efficacité, il est important que tout soit fait pour aider à la distribution. Comme vous l’avez indiqué, un système sera mis en place avec la badgeuse pour les adressés avec juste le numéro correspondant à insérer dans la BAL.
    C’est bien mais les enveloppes seront-elles quand même classées par rue ?? Parce qu’il sera assez difficile d’avoir tous les documents avec soi sur le terrain.
    Avec toutes ces évolutions, il faudrait également que la direction se penche sur les indemnités kilométriques intra UG et de trajet centre/UG; le taux IK est toujours le même; bien souvent, les frais sont en dessous de la réalité; il faut penser que les distributeurs ne disposent pas de véhicule de fonction mais utilisent leur propre véhicule contrairement au facteur, font face aux frais d’essence, de pneumatiques; au moindre accident ou problèmes, les gens sont obligés de démissionner; j’en ai connu plus d’un dans mon centre.
    Un gros point reste à régler, l’encartage; la rémunération ne correspond toujours pas à la réalité; j’ai vu sur votre site que des discussions étaient lancées à ce sujet; espérons qu’elles permettent des améliorations pour les distributeurs.

    • 29 novembre 2017 à 18 06 02 110211
      Permalink

      Bonjour,

      De trés grandes améliorations sur le tri des plis sont en cours et devraient apparaitre dans les prochaines semaines.

      En ce qui concerne les kilomètres, des négos sont prévues sur ce sujet, d’autant que l’entreprise détient aujourd’hui tous les parcours et donc les distances parcourues.

      Et enfin, effectivement, le temps de préparation est en cours de négociation, avec surtout une avancée sur la méthode et le matériel disponible pour cela. Nous devrions être fixés d’ici la fin de l’année.

  • 30 novembre 2017 à 17 05 41 114111
    Permalink

    Bravo pour le travail accompli et pour les informations en temps réel. Un petit bémol sur votre excellent article sur le devenir du distributeur. Vous dites que c’est aussi facile de mettre dans la bal un adressé de 20 g qu’une poignée de 500gr. Je ne suis pas d’accord car beaucoup d’adresses comportent des adresses erronées , incomplètes ou hors secteur . En plus lorsqu’on connait bien son secteur nous n’allons pas dans les bals « stop pub » et il faut des fois faire toute la rue pour trouver le client car son adresse ne comporte pas de numéro. Et je ne vous dis pas le temps passé pour ses adressés lorsqu’on a un secteur hors de la ville. Donc pour nous c’est une perte supplémentaire qui amplifie le temps de distribution. Il faudrait en amont un vrai travail de qualité de tri et de précision avant de nous donner des paquets entiers à distribuer.

    • 30 novembre 2017 à 19 07 30 113011
      Permalink

      Bonjour,

      Merci pour vos encouragements.

      Effectivement, je suis parfois un peu rapide pour répondre par volonté de simplification mais les choses sont parfois un peu plus complexe sur le terrain.

      Quand je parle de catalogues de plus de 500 grammes, je ne parle pas de poignées, mais bien de catalogues, comme nous en avions il y a deux années environs.

      Ensuite sur le problème des adresses imprécises et des adresses sans numéro. il faut aussi que les fichiers soient conformes. C’est à dire qu’un fichier sans adresse précise n’a pas a être traité comme valide et doit effectivement ne pas arriver jusqu’au distributeur qui se transforme alors en enquêteur.

      Vous avez peut être remarqué des évolutions depuis les premières enveloppes EDF, les équipes courriers travaillent pour des améliorations dans le tri et dans la préparation. Beaucoup de choses sont encore à faire.

      Enfin, si votre adresse est en dehors du périmètre de distribution, il faut la rapporter au centre, la encore, c’est une erreur de traitement du fichier et il convient de le signaler à votre responsable car en cas de distribution, vous courrez le risque d’une invalidation de votre temps badgé.

      • 30 novembre 2017 à 20 08 32 113211
        Permalink

        Bonsoir. Si vous parlez uniquement des catalogues c’est 2 à 3 fois dans l’année. Or nous recevons les adressés et EDF pratiquement toutes les semaines et nous sommes obligés de les distribuer avec, depuis quelques temps, de 2 poignées . Le temps de distribution de trouve donc allongé considérablement par rapport au temps repère ou à une distribution simple. Nous sommes d’accord pour un travail de qualité à condition que la direction nous en donne les moyens aussi bien pratiques que financiers. Bonne soirée

        • 30 novembre 2017 à 21 09 27 112711
          Permalink

          C’est vrai et il faut s’attendre à ce que le courrier soit de plus en plus présent.

          La badgeuse tient compte du temps réel, le temps théorique n’est qu’indicatif. Mais nous sommes d’accord, il faut des moyens et des méthodes claires.

  • 1 décembre 2017 à 16 04 40 124012
    Permalink

    Bonjour
    Merci à cat d etre aussi proche des distributeur et de les aidez à trouvé des solution à leurs problèmes

    Et merci aussi à adrexo d avoir un travail même si parfois on en bavent un peu on est heureux de ce levé le matin pour aller bossé et surtout évité de resté cher soi et vivre sur la société

    Même si parfois je suis un peu dur avec les modalités de la badgeuse je suis quand même fière d etre un distributeur et faire de mon mieux

  • 3 décembre 2017 à 17 05 42 124212
    Permalink

    merci a la cat des infos et des efforts fait et a venir.la meilleur façon de vous aider a nous représenter c est de faire au mieux notre travail de distributeur.michel

  • 4 décembre 2017 à 10 10 38 123812
    Permalink

    Bonjour à tous .
    Quand je lis tous vos commentaires j’ai l’impression de ne pas bosser au même endroit que vous . Depuis la mise en place de la badgeuse mon salaire a baissé . Plus de double poignée . Quand je déplace 900 kgs je suis rémunérée pareil que quand j’ai 300 kgs . Cherchez l erreur . Ce n’était pas la panacée les double poignées mais au moins je savais pourquoi je me cassais le dos et les bras . Alors évidemment rien n’est parfait .
    Quand au volume de pub , je ne trouve pas qu’il est baissé , bien au contraire .
    Pour le courrier , je passe un temps fou à le mettre dans l’ordre de ma distribution ( temps non rémunéré évidemment) et à chercher les noms de rue , d allée , de route , ect ect …. Et il faut éliminer tous les hors secteur .

    • 4 décembre 2017 à 10 10 50 125012
      Permalink

      Bonjour,

      Si votre rémunération est le reflet des heures réellement effectuées sur le terrain, il n’y a pas de problème.

      Mais vous avez raison, la mesure du temps peut effectivement occasionner une baisse de rémunération pour ceux qui avaient très régulièrement une double poignée et qui avait donc une rémunération supérieure au véritable nombre d’heures effectuées. Nous le savons, mais ces cas sont peu nombreux et très localisés et notre position a été d’obtenir une juste rémunération pour tous, en particulier pour ceux qui n’ont jamais de doubles poignées.

      Le volume à globalement baissé, mais la encore, c’est une moyenne et cela est différent selon les régions.

      Pour le courrier, vous avez du lire ici qu’il n’y aurait prochainement plus de préparation à faire. Actuellement c’est effectivement un problème. Ensuite, pour le temps de distribution, il est payé puisque mesuré par les badgeuses, alors, pourquoi pas ?

  • 6 décembre 2017 à 18 06 43 124312
    Permalink

    J’aquiece dans votre sens à la lecture de votre « dissertation ».
    Mais j’ai une question?
    Es ce légal de proposer aux distributeurs des engagements sur l’honneur concernant « time » et la qualité de distribution……..
    On me demande par écrit mon engagement à reduire mon temps de distribution qui ne corresponds pas evidement au temps repère……
    On me demande de me servir de mon véhicule ou d’étre piéton afin d’améliorer mon temps badgé,et même si je pense que je suis aux maximum des mes possibilitées pour effectuer mes secteurs….
    qu’en pensez vous?
    merci

    • 6 décembre 2017 à 19 07 44 124412
      Permalink

      Bonjour,

      Légal… oui, on peut toujours demander. Après, le salarié valide ou pas.

      L’employeur peut aussi vous demander de modifier vos méthodes, et vous verrez si votre temps est meilleur.

      Vous pouvez demander que votre temps théorique soit vérifié par un autre distributeur, ce qui est la meilleure solution pour en finir avec un écart trop important.

  • 8 décembre 2017 à 17 05 08 120812
    Permalink

    bonjour nous en alsace le 27 dec est ferie je voudrais passer mes pubs ce jour est ce que la badgeuse fonctionnera vu que le samedi et le jeudi c est impossible merci

    • 10 décembre 2017 à 18 06 17 121712
      Permalink

      Bonjour,

      Sauf erreur, c’est le 26 qui est férié en plus du 25.

      Vous pourrez donc distribuer à partir du mardi 27 décembre.

      Il n’y pas de blocage de badgeuse le jeudi si vous avez commencé un jour habituel de travail (voir feuille de route).

  • 18 décembre 2017 à 19 07 34 123412
    Permalink

    Bonsoir
    Voilà j’ai lu et re lu mon contrat et je reviens sur la perspective d évolution
    L article 14 du contrat de travail site la phrase suivante

    « Le salarié est informé qu’ il bénéficie tous les 2 ans d’un entretien professionnel avec son employeur. Il porte sur ses perspectives d’évolution professionnel, notamment en termes de qualification et d emploi, en application de l article 6315.1 du code du travail  »

    Hors aujourd’hui je constate que celà fait ans que j exerce et aucun entretien à l horizon même parmi les autres distributeur de mon centre

    Qu’ en est t il de cette article?

    • 18 décembre 2017 à 19 07 37 123712
      Permalink

      Bonjour,

      C’est effectivement un droit pour vous et un devoir de l’entreprise que de faire cet entretien mis en place par de récentes évolutions légales.

      Cet entretien est prévu par adrexo, vous pouvez le demander à votre responsable.

Commentaires fermés.

Support